Créer mon blog M'identifier

A vomir :(

Le 9 novembre 2014, 10:10 dans Humeurs 0

Aide à domicile >>> un métier à risques :
Je travaille pour un couple d'octogénaires (86/88 ans) depuis environ 1 an. Je viens d'apprendre que lui, "à l'époque", a fait des attouchements sexuels sur sa fille alors qu'elle n'était qu'une enfant/jeune fille. Elle s'était alors confiée à sa mère qui avait demandé le divorce. Le couple s'était séparé pendant plusieurs années. Par la suite, la fille a mal tourné (certainement un mal de vivre/être) et la mère est repartie vivre avec le père !!! Des années après une vie tumultueuse, la fille a été retrouvée morte abandonnée de tous. Suicide, mort naturelle, meurtre ? Des ragots allez-vous me dire. Non. Je l'ai appris de sources sûres.

Je peux confirmer que "Monsieur" est un "sacré loustic aux moeurs plus que légères : un jour, au début que je travaillais chez eux, alors que je repassais à l'étage, il m'a confié qu'il était encore "vert" (86 ans) que si je le connaissais bien.....
un autre jour je repassais des slips que je pensais être à la dame, et lui avec la complicité de sa femme (qui me regardait repasser) dit "elle va faire sortir le petit cuicui" puis je la voyais sourire. Bizarre comme attitude me suis-je dis mais rien de plus (quelle naïve). Une autre fois alors qu'il faisait des règlements par chèques dans leur cuisine je lui avais dit (en présence de son épouse) que comme il était bien parti à faire des chèques qu'il pouvait m'en faire un. Il m'a répondu tout de go "ça dépend de ce que vous allez me faire". Je lui avais répondu direct que j'étais là pour m'occuper de sa femme et de leur maison pas pour autre chose. Les "choses" se sont alors calmées. Quelques mois plus tard, ces gens là se sont "plaint" auprès de ma responsable comme quoi je ne repassais pas comme ils le voulaient et que je faisais ce que je voulais alors que je travaillais chez eux déjà depuis quelques mois et qu'ils ne s'étaient jamais plaint de quoique ce soit jusqu'ici ! Je pense que ce type avait vu qu'avec moi ça n'allait pas le faire et que Madame, certainement consciente de l'attitude de son cher époux était mal à l'aise et qu'il était préférable de dire des mensonges me concernant et de me faire virer plutôt que d'avoir des soucis qui refassent surface. Ma responsable qui est déjà au courant de certaines choses va tomber de haut mais il faut que je me protège... on ne sait jamais. Il m'a encore fais des "avances" dernièrement.
Maintenant que je connais leur passé - et pour la mémoire de leur fille - je vais les regarder différemment. Je vais me faire un plaisir de les observer/étudier et à la moindre incartade je vais envoyer bouler le salopard. Un beau/bon monsieur que l'on ne soupçonnerai jamais...
Madre de Dios, mais dans quel monde vivons nous ?

Borderline, ou pas...

Le 7 avril 2014, 22:10 dans Humeurs 0

Il y a une semaine je suis allée chez une femme (en fauteuil roulant suite à "une chute dans les escaliers") pour qui nous avions une suspicion d'alcoolisme. Après mon intervention de 2h (dont 1h d'échange verbal) je la quitte en l'informant que je reviens dans 1 semaine, mais quand exactement je ne sais pas. Elle me répond que mon jour sera le sien. Je me dis, en nous quittant, que c'est aussi bien de ne pas lui dire quand et à qu'elle heure je repasserai chez elle. Comme ça j'interviendrai peut-être au mauvais moment et je verrai peut-être des signes d'alcoolisme qu'elle m'a probablement caché ce jour (j'ai tout de même vu une bouteille en plastique avec probablement du rosé dedans). J'ai bcp pensé à elle pendant la semaine écoulée, à son histoire passée : il y a quelques années, elle se faisait battre par son "mari" alors qu'elle était enceinte de neuf mois et le BB est dCd. Bref. Comme convenu, je suis donc repassée hier, normalement pour 2 h. A l'interphone sa voix était ferme. Je monte. Elle ouvre sa porte. Direct je la vois sur ses gardes. Sa porte de cuisine close. Hésitante, elle me dit "je ne vais malheureusement pas pouvoir vous recevoir car je reçois de la visite". Je ne suis pas dupe. J'ai toute son histoire qui me repasse devant les yeux. Je m'approche d'elle pour lui faire signer mon carnet d'intervention. Ma suspicion devient alors une évidence : vapeurs d'alcool, main tremblante. Je me suis sentie complètement démunie. Je la regarde sans complaisance. Je reprend mes affaires et lui dit calmement mais fermement : "ok, pour cette fois-ci", "mais je dois rendre des comptes à ma responsable, alors ne prenez pas l'habitude de" m'offrir " 2 heures car je ne suis pas là pour profiter des usagers/bénéficiaires". Je lui dis de prendre soin d'elle et que je reviens jeudi prochain, même heure. Nous échangeons alors un regard qui en dit long, de culpabilité de sa part, compréhensif du mien. Je n'ai qu'une expérience professionnelle de 18 mois en tant qu'aide à domicile et je trouve que c'est inadmissible d'envoyer une Aide n'ayant aucune formation pour ce genre de situation. J'ai une réunion prochainement et je compte bien me faire entendre. En attendant il va falloir que je "compose", ne pas faire de psychologie à 2 balles. C'est une facette de mon métier que j'apprécie énormément. Encore faut-il savoir tirer les bonnes ficelles...  ah oui, j'oubliais... la semaine prochaine je remplace une collègue pour intervenir chez un soixantenaire qui a des bouffées délirantes. Sympa le programme. J'espère juste ne pas devenir borderline :S